Préhistoire et chasseurs-cueilleurs. Des créations spirituelles dès l’âge de la pierre ?

L’homme paléolithique est un chasseur qui respecte peut-être un sentiment de solidarité mystique avec les animaux. L’art de la préhistoire pourrait-il exprimer une forme de magie spirituelle entre le chasseur et le gibier ?

Gaule romaine. Les mosaïques antiques de Saint-Romain-du-Gal et d’Uzès

En Gaule romaine, les artistes de Vienne, dans l’Isère, réalisent La mosaïque de Saint-Romain-du-Gal dite « Le Calendrier rustique ». À Uzès, antique Ucetia, décors géométriques et solaires s’allient à des motifs animaliers sur des pavements en mosaïque.

La préhistoire. L’être humain paléolithique sacralise la mort, la vie et la procréation

Histoire du Sacré, la préhistoire. Une forme de sacralisation de la mort et de la vie ainsi que l’expression d’une différenciation féminin-masculin remontent au paléolithique. Pour les humains, comme pour les animaux, la couleur rouge se rattache au symbolisme du sang vital…

Dès le néolithique, l’avènement du labeur agricole induit une évolution culturelle et mythologique

Histoire de l’art et du Sacré. Avec les premiers cultivateurs, le cycle végétal inspire de nouvelles mythologies : culte de la fertilité, culte des morts, espaces sacralisés, symbolisme de la pierre, rites du Nouvel An… 

Le symbolisme de la spirale et de la « divine proportion » relève du Sacré

Histoire du Sacré. Cycle, évolution, recommencement, verbe originel, vibration, fertilité, régénération, initiation…, de nombreux motifs spiralés ainsi que celui du serpent symbolisent le mouvement et l’énergie de l’Univers…

Préhistoire : dans l’art paléolithique, la représentation humaine évoque une présence abstraite…

Histoire de l’art : les artistes de la préhistoire réalisent quelques représentations humaines, parmi lesquelles les figurations féminines prédominent auprès de quelques rares images masculines…

Divine Comédie : Sondez l’enseignement qui se dérobe ici, sous le voile tissu de vers mystérieux!(4)

Dans sa Divine Comédie, Dante Alighieri (1265 – 1321) évoque un Paradis de neuf cercles. De sphère en sphère, plus l’être s’élève, plus la félicité est grande. L’âme se rapproche des chœurs des anges et de la lumière divine… Un entretien imaginé (4)…