Gaule romaine. Les mosaïques antiques de Saint-Romain-du-Gal et d’Uzès

D'après les mosaïques gallo-romaines, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

L’originalité des mosaïques gallo-romaines

En Gaule romaine, à Saint-Romain-du-Gal, les mosaïstes de l’antique cité de Vienne composent un « Calendrier rustique ». À Uzès, antique Ucetia, des thèmes géométriques et rayonnants s’allient à des motifs animaliers sur des mosaïques. Inspiration gréco-romaine et touche gauloise se marient dans ces créations originales…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Mise à jour juin 2022 –

D'après une mosaïque d'Uzès, roue solaire, pavement, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après une mosaïque d’Uzès, roue solaire, pavement, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

REPÈRES CHRONOLOGIQUES. –Époque de la Gaule Romaine : Ier siècle avjc – IVe siècle. – 52 avjc : défaite d’Alésia et conquête de la Gaule par César. – IVe siècle : fin de l’Antiquité. Chronologie Rome-Gaule romaine

LE CALENDRIER RUSTIQUE DE SAINT-ROMAIN-DU-GAL

La mosaïque de Saint-Romain-du-Gal, dite Le Calendrier rustique, est découverte en 1891 dans la villa d’un antique quartier résidentiel, près de la ville de Vienne, dans l’Isère. Située sur les bords du Rhône, cette colonie romaine sous le règne d’Auguste prend son essor entre les Ier et IIIe siècle.

D'après la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, scènes et décors, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, scènes et décors, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

La créativité des mosaïstes locaux

Les artistes gallo-romains de Vienne

En Gaule romaine, les artistes de Vienne produisent de nombreuses mosaïques dans leurs ateliers locaux entre la fin du Ier siècle et le IIIe siècle. La mosaïque de Saint-Romain-du-Gal témoigne du dynamisme et de la créativité des ateliers de mosaïstes implantés à Vienne à partir du IIe siècle.

À Saint-Romain-du-Gal, pour magnifier le sol d’une salle de réception, les mosaïstes gallo-romains composent des panneaux séparés les uns des autres par un élégant motif de tresse qui semble courir autour des motifs. Les artistes obtiennent une riche palette de couleurs grâce à des tesselles aux couleurs et aux nuances variées.

D’après le labourage, la récolte des pommes et la meule à grains, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Travaux agricoles et fêtes des campagnes

La mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, réalisée dans la première moitié du IIIe siècle, mesure à l’origine 8, 86 mètres sur 4, 48 mètres. L’ensemble comprend alors 40 tableaux, dont 27 ont subsisté et 4 ont été endommagés. Le pavement incomplet (5,66 mètres de long) a été détérioré et bruni par un incendie à l’époque antique.

Pour composer cette mosaïque, les artistes gallo-romains utilisent des tesselles de pierre, de marbre et de verre. Les scènes animées de ce « Calendrier rustique » évoquent les saisons, les travaux agricoles, le culte des Lares qui protègent la maisonnée, les fêtes célébrées dans les campagnes…

D’après le sacrifice aux Lares, culte domestique, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le sacrifice aux Lares, culte domestique, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les figures allégoriques des quatre saisons

Au centre de la mosaïque de Saint-Romain-du-Gal, quatre figures allégoriques illustrent les quatre saisons. Chaque saison s’associe à neuf activités agricoles et sacrées qui rythment les mois de l’année.

Les allégories du printemps, de l’été et de l’automne s’incarnent dans trois « amours » nus chevauchant un taureau, un lion et un tigre. Par ailleurs, l’évocation de l’hiver prend la forme d’une femme montée sur un sanglier, enveloppée dans un grand manteau à capuche gaulois, le cucullus.

D'après la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, les quatre saisons, les fagots et le poissage des jarres, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après la mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, les quatre saisons, les fagots et le poissage des jarres, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Des motifs décoratifs d’inspiration gréco-romaine

Les trois « amours » des saisons prennent la forme de bambins potelés – comme aussi plus tard les angelots ailés. Ces motifs décoratifs, qui renvoient aux plaisirs et à la joie, évoquent Cupidon ou Éros, divinités gréco-romaines de l’amour et du désir. 

La thématique des saisons est fréquente dans l’iconographie romaine. L’élite romaine de l’empire fait recouvrir de mosaïques le sol et parfois les murs de ses résidences, comme à Antioche. 

En Gaule Romaine, la mosaïque représente un signe extérieur de richesse. C’est aussi une manière d’affirmer son adhésion à la culture romaine…

D’après une mosaïque antique des saisons, marbre et calcaire, première moitié du IVe siècle, Antioche-sur-l’Oronte, Antakya, Turquie, période romaine ; un décor de rinceaux d’acanthe, style gréco-romain, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, et une frise de style gréco-romain, mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard ; France Gaule Romaine.  (Marsailly/Blogostelle)

Les fougueuses allégories du printemps et de l’été

Pour évoquer le printemps, un « amour » coiffé d’une couronne de feuillage chevauche un taureau. Le taureau renvoie à l’un des signes zodiacaux associés au printemps. Monté sur le lion, symbole de l’un des signes astrologiques de l’Été, un autre “amour” brandit une couronne de blé mûr symbolisant les moissons…

D’après les allégories du printemps et de l’été, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

La corbeille de raisin de l’automne

L’allégorie de l’automne représente un « amour » chevauchant un tigre et portant une corbeille de raisins sur sa tête. La corbeille rappelle la fabrication du vin après les vendanges. 

Cette allégorie renvoie peut-être aussi au culte de Dionysos-Bacchus, dieu gréco-romain du vin, de la vigne et des orgies débridées (bacchanales). Le cortège de Dionysos-Bacchus comprend des fauves et ce dieu règne sur le monde sauvage…

D'après l'allégorie de l’automne, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après l’allégorie de l’automne, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Sanglier et cucullus en hiver

L’allégorie de l’hiver présente une femme assise sur un sanglier. Comme d’autres personnages de la mosaïque de Saint-Romain-du-Gal, elle porte le grand manteau à capuche typiquement gaulois, le cucullus.

Quant au sanglier, il s’agit d’un animal sacré dans l’ancestrale tradition gauloise, symbole de souveraineté, il incarne les grands druides et le dieu Lug, déité suprême dans l’ancien monde celtique…

Voir aussi l’article Sur les traces de Lug, Le Lumineux… Les Dieux celtiques de L’Autre Monde. Sanglier, cerf, torque, roue, chaudron, foudre, corde…)

D'après l'allégorie de l’hiver, femme drapée dans un cucullus, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après l’allégorie de l’hiver, femme drapée dans un cucullus, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Modèle romain et touche gauloise…

En Gaule, les artistes mosaïstes régionaux font parfois preuve d’originalité et créent leur propre style provincial. Ils tendent à s’éloigner des modèles plutôt naturalistes de la tradition artistique gréco-romaine. 

Certains personnages représentés portent des vêtements gaulois. On s’accorde aussi davantage de liberté dans l’interprétation et le rendu de motifs parfois stylisés ou pimentés d’une touche surréaliste, héritage de l’art celte

Le style gaulois : d’après l’allégorie de l’hiver, femme drapée dans un cucullus, mosaïque, Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France ; et deux figurines de pèlerins-voyageurs portant un cucullus, grand manteau gaulois à capuchon, bronze et terre cuite, Ier siècle avjc-IVe siècle, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Un calendrier agricole et cultuel

La culture du blé…

Sur la mosaïque de Saint-Romain-du-Gal, différentes scènes illustrent en détail des travaux agricoles, comme les labours ou les vendanges. À l’époque de la Gaule Romaine, les paysans cultivent intensément les céréales. 

D'après le Four à pain, mosaïque Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le Four à pain, mosaïque Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les premières machines agricoles font leur apparition avec le « vallus » gaulois, utilisé pour moissonner le blé. Un outillage souvent représenté sur les stèles funéraires gallo-romaines…

L’auteur latin Pline l’Ancien (23-79 apjc) décrit le vallus dans son “Histoire naturelle” : « Dans les vastes domaines des Gaules, une grande caisse dont le bord est armé de dents et que portent deux roues, est conduite dans un champ de blé par un bœuf qui la pousse devant lui : les épis arrachés par les dents tombent dans la caisse.« 

D’après un moissonneur utilisant un vallus, Buzenol, bas-relief dit de Montauban représentant la moissonneuse des Trévires, IIe siècle, Gaule Belgique.  (Marsailly/Blogostelle)

Des travaux saisonniers…

Autour des allégories des quatre saisons se déploient des scènes agricoles ou cultuelles en correspondance avec le calendrier des travaux saisonniers et des célébrations des cultes gallo-romains.

Répondent à l’hiver, la meule à grain, le four à pain, les sacrifices aux Lares (divinités domestiques protectrices du foyer), le transport du fumier, les semailles des fèves, le tressage des paniers et la fête des morts…

D’après une tombe, les « jours des morts », mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après une tombe, les « jours des morts », mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les « jours des morts » et des aïeux

Du 13 au 21 février les familles célèbrent les dies parentales, les « jours des morts ». Les vivants prennent soin d’honorer les tombes de leurs proches et de leurs ancêtres. Ils déposent des tessons de tuile dans les rues. Ces tessons contiennent un peu de vin, quelques grains de blé et de sel, une nourriture destinée à apaiser les défunts.

Le culte du dieu gaulois Taranis

Les cigognes annoncent le printemps et c’est la saison de la greffe des arbres. Pour le printemps, cinq tableaux ont disparu. L’Été (quatre panneaux ont été détruits), on sacrifie au dieu gaulois Taranis pour s’assurer de bonnes récoltes. Des scènes représentent encore le ramassage du bois. Un lanceur de javelot évoque des loisirs en plein air…


D’après Le sacrifice au dieu gaulois Taranis, les cigognes et la greffe des arbres, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le temps des vendanges

L’automne s’illustre avec les vendanges, le foulage du raisin, les labours et les semailles, le poissage des jarres avec une substance résineuse d’où le nom de “vin poissé”.

D’après le poissage des jarres, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal,  début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le poissage des jarres, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal,  début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le vin poissé est en vogue dans l’antiquité romaine. L’auteur latin Pline l’Ancien (23-79 apjc) qualifie le « poissé viennois », en provenance de la cité de Vienne, de production de qualité. 

Par ailleurs, en automne, on assiste au ramassage des pommes, à la cueillette et au pressage des olives. L’olivier n’est pas cultivé dans la région de Vienne, mais il évoque le monde romain et méditerranéen. À Vienne, on importe l’huile d’Espagne…

D’après les vendanges et la cueillette des olives, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les jeux de couleurs des tesselles

Les mosaïstes gallo-romains jouent sur les dégradés de couleurs pour suggérer les volumes sur leurs mosaïques. Sur le pavement de Saint-Romain-du-Gal, les personnages dégagent une impression de force, et donnent le sentiment d’être reliés à la terre… 

D'après la confection des fagots, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal,  début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après la confection des fagots, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal,  début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le dessin de leur ombre portée renforce encore l’impression de solidité. Si l’artiste ne respecte pas le jeu des proportions, il met habilement en lumière des gestes et des détails pour identifier des activités ou des situations.

LA MOSAÏQUE : UNE TECHNIQUE GRÉCO-ROMAINE

Si les artistes romains n’ont pas inventé la technique de la mosaïque héritée des Grecs (VIe siècle avjc), ils l’ont perfectionnée. Ils ont contribué aussi à diffuser ce type de décor dans tout l’Empire de Rome pour habiller des plafonds, des murs et surtout des pavements au sol.

D’après les jeux du cirque, course de chars, mosaïque, IIe siècle, cité antique de Lugdunum, Lyon, Rhône-Alpes, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après les jeux du cirque, course de chars, mosaïque, IIe siècle, cité antique de Lugdunum, Lyon, Rhône-Alpes, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

La technique de la mosaïque permet de composer des motifs décoratifs à l’aide de petits cubes de pierre dits “tesselles”. Les artistes utilisent aussi des cubes de brique ou de pâte de verre de différentes couleurs.

Les tesselles sont disposées sur un enduit de mortier frais qui se solidifie en séchant. Les sujets décoratifs sont puisés dans la mythologie et dans la vie quotidienne.

La course de chars de Lugdunum

La mosaïque polychrome des jeux du cirque de Lugdunum, cité antique de Lyon, est réalisée avec des tesselles de pierre et de marbre entre 35 millimètres de côté et 1,5 centimètre pour les motifs en bordure.

D’après les jeux du cirque, course de chars, mosaïque, IIe siècle, cité antique de Lugdunum, Lyon, Rhône-Alpes, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Des décors d’apparat

Il existe plusieurs styles de mosaïques. L’opus vermiculatum recherche un rendu le plus fidèle possible, s’inspirant des effets et des nuances de la peinture. Idéal pour le dessin figuratif et les décors de qualité et d’apparat, cet opus nécessite des tesselles d’une extrême finesse (quelques millimètres seulement).

L’opus tessellatum, moins fin, est le plus courant. Il permet de recouvrir plus rapidement de grandes surfaces grâce à des cubes un peu plus gros (entre 8 et 10 millimètres). On l’utilise notamment pour exécuter des motifs géométriques et des fonds. 

D'après Le Calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal, mosaïque, opus sectile et tessellatum, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après Le Calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal, mosaïque, opus sectile et tessellatum, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Par ailleurs, l’opus sectile (« appareil découpé ») permet de créer des décors en pavages et marqueteries à l’aide de marbres taillés ou de pâtes de verre découpées.

LES MOSAÏQUES SOLAIRES D’UZÈS

Au printemps 2017 dans le Sud de la France, les archéologues découvrent des vestiges de l’antique cité d’Uzès dans le Gard, Ucetia. Les chercheurs, qui explorent le site pour la première fois, découvrent de superbes mosaïques qui remontent à l’époque de la Gaule Romaine.

D'après un pavement mosaïque, roue solaire, motifs floraux et frises style grec, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un pavement mosaïque, roue solaire, motifs floraux et frises style grec, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Ucetia, l’antique cité d’Uzès

Un pavement de mosaïque sur 60 mètres carrés

Le site d’Ucetia remonte aux environs du Ier siècle avjc, peu après l’arrivée des Romains dans la région (vers 118 avjc) à l’époque de la République romaine. Parmi les décombres des habitations, un très beau pavement de mosaïque se déploie sur 60 mètres carrés.

Le pavement se situe dans un vaste édifice de 250 mètres carrés, ouvert au Sud. La colonnade évoque les vestiges d’un bâtiment public. Les lieux ont perduré jusqu’à la fin du Ier siècle avant de subir des détériorations. L’ensemble comprend quatre pièces en enfilade. Deux des salles ont des sols bétonnés et des murs ornés d’enduits peints.

D’après un pavement mosaïque, roue solaire, damier, motifs cruciformes et labyrinthe-svastika et dauphins, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Une savante composition des tesselles

L’une des deux autres pièces possède un sol de mortier incrusté de tesselles en croisettes (motifs de croix dit « opus signinum ») monochromes noirs, blancs et rouges. Ces lieux donnent accès à une grande salle de 60 mètres carré magnifiée par un superbe pavement de mosaïque.

D'après des pavements en mosaïque, motifs rayonnants et géométriques, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après des pavements en mosaïque, motifs rayonnants et géométriques, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

La composition de ce pavement s’appuie sur un jeu savant des tesselles pour créer des motifs complexes. Deux mosaïques présentent des motifs géométriques, des enroulements continus, des méandres et des svastikas.

Le tout encadre un motif central circulaire et rayonnant. La plus grande mosaïque décorative, dont le cercle s’inscrit dans un carré, présente aussi quatre animaux traités en polychromie : un hibou, un canard, un aigle et un faon.

D'après un pavement mosaïque, roue solaire, boutons floraux, frises et animaux, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un pavement mosaïque, roue solaire, boutons floraux, frises et animaux, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Une inscription au nom de « Lucius Cornelius »

Une inscription-cartouche en lettres gallo-grecques mentionne le nom de « Lucius Cornelius », un nom gaulois doté d’un prénom latin au suffixe en « ius ». Peut-être qu’il s’agit du propriétaire des lieux, du commanditaire de la mosaïque ou d’un artisan ayant participé à la réalisation du motif central.

Par ailleurs, un Lucius Cornelius, général romain, intervient à Uzès vers 103 avjc pour défendre la cité contre les raids des peuples Germains…

D’après des motifs rayonnants et boutons floraux, mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Une immense roue solaire

Le motif central du pavement évoque une roue solaire dont le cœur représente des bourgeons de fleurs. Une évocation, peut-être, du renouveau printanier. Ce chef-d’œuvre magnifie une demeure privée romaine (domus) ou un bâtiment public. L’antique construction ouvre sur un jardin par un portique dont les colonnes ne mesurent pas moins de six mètres de hauteur…

D'après un pavement mosaïque, roue solaire, boutons floraux, frises et animaux, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un pavement mosaïque, roue solaire, boutons floraux, frises et animaux, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Mandala central et motifs hellénistiques

Une iconographie solaire

Les frises à motifs géométriques rappellent le vocabulaire de l’art grec hellénistique. Le motif central rayonnant évoque le thème de la roue solaire.

Possible évocation du cycle du Soleil et du rythme des saisons. Une composition géométrique pourrait encore se rattacher à ce thème solaire, avec peut-être aussi une figuration des quatre points cardinaux…

D’après les mosaïques d’Uzès, antique Ucetia, composition géométrique, Ier siècle avjc, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)  
D’après les mosaïques d’Uzès, antique Ucetia, composition géométrique, Ier siècle avjc, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)  

Les artistes qui réalisent la mosaïque d’Uzès n’utilisent pas des tessons de céramique mais des tessons de pierre. La composition repose sur quatre couleurs : le blanc, le noir, le rouge et l’orangé. Les mosaïstes utilisent le grès pour les tons rouges et orangés et du calcaire pour la palette noir et blanc…

Aigle, faon, canard et chouette…

Le symbolisme du Soleil renvoie à la souveraineté céleste, au dieu grec Apollon adopté par les Romains, divinité solaire assimilée à Hélios (Soleil). Apollon préside à la beauté, à la jeunesse, aux arts et à la poésie. Autour du mandala central, les artistes disposent quatre animaux : un aigle, un faon, un canard, un hibou…

D’après le hibou, le faon et l’aigle, motif central, détails, pavement mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Un mélange de traditions gréco-romaines et gauloises ?

Dans la mythologie gréco-romaine, l’aigle est l’un des attributs de Zeus-Jupiter, souverain du panthéon. La biche se rattache à la déesse de la chasse Artémis-Diane, assimilée aussi à la Lune. La chouette, symbole de sagesse, est l’emblème de la déesse de la guerre et de la sagesse Athéna-Minerve.

On rencontre le canard dans les représentations de Sequana, protectrice des Séquanes, déesse gauloise de la Seine.

D’après le canard, motif central, détails, pavement en mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le canard, motif central, détails, pavement en mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Par ailleurs, le thème du palmipède, qui se rattache au monde aquatique, est fréquent dans l’iconographie celtique de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer.

Motif de svastika et dauphins

Remontant au début de notre ère, une vaste demeure romaine (domus) se déploie sur 500 mètres carrés sur le site d’Ucetia. Les lieux sont réorganisés au cours du Haut-Empire.

Avec notamment l’installation d’une pièce chauffée grâce à un hypocauste : un vide sanitaire supporté par des piles en brique où circule la chaleur. Une des pièces abrite une mosaïque formant un motif géométrique de svastika, enrichie à ses quatre coins de dauphins.  

D’après un labyrinthe-svastika et dauphins, mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un labyrinthe-svastika et dauphins, mosaïque, Uzès, antique Ucetia, Ier siècle avjc, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Dans la mythologie grecque, le thème des dauphins renvoie au dieu de la mer Poséidon-Neptune ainsi qu’au dieu Hélios-Apollon…

Voir aussi les articles Le symbolisme du triskèle, du svastika et du labyrinthe et Du svastika au labyrinthe, la quête de la transcendance.

L’antique cité d’Ucetia

À l’arrivée des Romains dans la région d’Uzès (quand Narbonne devient la capitale de la province romaine la Narbonnaise en 118 avjc), les Gaulois entretiennent déjà des échanges avec le monde grec et italique depuis le IVe siècle avjc (âge du Fer)…

D'après les vestiges d'une fontaine, Ier siècle avjc, Uzès, antique Ucetia, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après les vestiges d’une fontaine, Ier siècle avjc, Uzès, antique Ucetia, Gard, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les élites gauloises adoptent l’alphabet grec dès le IIIe siècle avjc. Et les contacts commerciaux sont nombreux autour de la Méditerranée. Dans le quartier antique d’Uzès, reposent des amphores à vin – en provenance de la région de Naples, en Italie – et des céramiques façonnées en Afrique du Nord…

La présence de plusieurs dolia (un dolium est une jarre antique dont la contenance peut aller jusqu’à plus de 3 000 litres) témoigne d’une production vinicole.

Canalisations, fontaines, citernes

Voies de circulation, sols en béton, murs d’enceinte, habitations, canalisations, fontaines et citernes prévues pour alimenter le quartier en eau figurent parmi les vestiges de l’antique Ucetia. Il semble que la cité est abandonnée entre 100 et 120 apjc, avant d’être à nouveau occupée et animée au Ve siècle, à l’époque des premiers évêchés…

D'après le Calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal, mosaïque, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le Calendrier rustique de Saint-Romain-en-Gal, mosaïque, début IIIe siècle, Vienne, Rhône, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

En dehors des domaines des villas et des villages, des lieux sacrés parsèment les campagnes de la Gaule romaine. Des sanctuaires gaulois, les fana (singulier fanum), côtoient des espaces monumentaux regroupant temples, thermes, boutiques et théâtres. De nombreux pèlerins se rendent dans les sanctuaires, vastes ou modestes, pour y déposer des ex-votos…

Article suivant Cultes et sanctuaires en Gaule Romaine (1)

Sommaire Rome antique – Gaule Romaine

Inrap – les archéologues explorent la ville romaine d’Ucetia :  inrap.fr/decouverte-de-l-uzes-antique-12568 ; et aussi Vidéo Inrap (www.) inrap.fr/quand-uzes-s-appelait-ucetia-12625

Un livre? La guerre des Gaule, les commentaires de Jules César, rédigés au Ier siècle avjc (entre 58 et 51 avjc). Une BD? Astérix le Gaulois (René Goscinny – Albert Uderzo). Une BD historique? Arelate, de Laurent Sieurac, avec Alain Genot, archéologue, Arles à l’époque de la Gaule romaine…

Publié par Maryse Marsailly

Blogostelle : Histoire de l'Art et du Sacré. Civilisations, chefs-d'œuvre, mythes, symboles..., tout un univers s'exprime dans les œuvres d'art.

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.